mercredi 1 octobre 2014

 

Murder King


Le moustique enfonce sa trompe dans l’épiderme. Son abdomen gorgé de sang a doublé de volume à présent. Ses mille yeux me regardent sans qu'il s'interrompe pendant le drainage du vieil homme assis en face de moi. Il somnole, c'est une proie trop facile pour moi. De plus, si j'en juge aux rides de ses mains et au léger tremblement qu'elles font, il est d'un âge avancé, quasiment au seuil de la mort. L’appétit monte en moi, et marque mes traits. Une grande veine verte traverse mon visage. De grandes cernes se sont creusées sous mes yeux délimitant mes orbites. Je ne parviens plus à rester concentré sur ma lecture, "Journal d'un oiseau de nuit" livre d'un certain Jay McInerney (si j'en écrivais un, il s'appellerait sûrement "Journal d'une chauve souris") et n'ose relever la tête de crainte qu'on ne dévisage ma vraie nature. La tête baissée, le regard droit, je me délecte de ce spectacle autrement plus plaisant que celui que m'offre le défilement grisâtre des galeries souterraines par la fenêtre. Nous n'avons rien en commun à première vue et pourtant j'éprouve une certaine empathie pour toi, parasite.
    Les rames de métro sont des bétaillères. Elles sont faites d'acier, les humains s'y entassent dans le même vacarme et s'y comportent de la même manière que les bovins à la différence près qu'elles ne circulent pas sur des routes mais sur des rails.
    On y trouve aussi des parasites mais d'un tout autre type. Celui-ci est sonore, il pourrait s'apparenter au même genre si l'on n'en juge qu'aux bourdonnements qu'il répand autour de lui.  En voila un, assis seul dans le carré, appuyé contre la vitre, un casque audio sur la tête d’où filtre toute la musique qu'il écoute. Je l'observe depuis son arrivée, son odeur m’attirait. Pourtant, je suis assez insensible aux barbus, les poils c'est assez désagréable quand on veut les saigner par le cou. Je pourrais faire autrement c'est certain mais je suis attaché aux traditions, c'est mon côté conservateur. Dans les vitres de la rame, je peux voir qu'il porte un bonnet Joy Division avec une veste polaire The North Face ouverte sur une chemise à fleurs. Style sans raccord, sans saison. Un Hipster sans aucun doute. Ces personnes ont un goût de déjà-bu. L’écran de son smartphone se réfléchit d'une lueur bleutée sur les verres teintée de ses lunettes de soleil, ce qui lui donne momentanément la couleur cadavérique qu'il ne devrait pas avoir avant quelques heures.
Je ne comprendrai jamais ceux qui portent des lunettes de soleil dans cette ville, entre la pollution et les immeubles on ne voit que rarement le soleil. A tel point que je pourrais presque me balader en plein jour.
La sonnerie de son téléphone retentit, il ne décroche pas immédiatement, le laissant sonner et résonner dans toute la rame. Il prend un instant pour voir de qui provient l'appel. En répondant, il s'esclaffe haut et fort dans le wagon à moitié vide. Sans se préoccuper des autres usagers, il poursuit sa discussion sans gêne aucune. Le train ralentit dans un crissement, le chauffeur nous avertit dans le haut-parleur que la prochaine station sera le terminus, surtout pour mon barbu. Il se lève frôlant le tas de viande avariée qui s’était endormie sur son sac de courses et se plante devant la double porte vitrée de la rame. Les néons vacillent plusieurs fois à cause des irrégularités de la voie. Maintenant, je suis juste derrière lui, il ne m'a pas senti me déplacer. Il réajuste son bonnet puis ses lunettes de soleil sans se quitter des yeux. Se regardant sous tous les angles, sous tous les profils. Peu importe lequel, de là où je l'observe il ne peut me voir. Les reflets sont pratiques pour épier quand on n'en a pas soi-même.

Les portes automatisées s'ouvrent, mes crocs se rangent. Je le suis dans ce dédale de couloirs et d'escaliers. Nul besoin de le regarder pour cela, seuls mes oreilles et mon instinct me suffisent. Je me laisse guider par la musique qui s’échappe de ses écouteurs et par mon appétit. Il a beau monter les marches deux à deux comme tout bon citadin, je le rattrape quand même. Dans son empressement, il bouscule un pakistanais sur son étalage de fruits exotiques. Je rattrape au vol une mangue que je dépose dans les mains du petit homme moustachu stupéfait par mes facultés. Il me regarde comme s'il venait de voir un fantôme.
Ah... Ce 21ème siècle, l’ère du mouvement. Tout a tellement changé en moins de 100 ans, la technologie a évolué, les populations aussi, elles se sont déplacées repoussant les frontières culturelles. Le temps de la mondialisation et de la décolonisation démagogique qui en est à l'origine est du pain béni. Si aujourd’hui je veux manger indien, je peux, à chaque sortie de métro, il y a un vendeur de roses, divx, jouets ou fruits. Alors qu'avant, il était si rare de trouver cette espèce sur le vieux continent.

On continue sur le thème de la mondialisation. Je le suis jusqu'au temple de celle-ci, le sanctuaire universel, le lieu de recueillement et de réconfort pour tout étranger en mal de repère. Le fameux Fast-food à la lettre M jaune, ce M qui se voudrait diminutif de Maison. Ma proie commande aux bornes électroniques et vient s'installer à une table à la suite de deux personnes plus petites, plus jeunes et moins obèses que lui. Si sa courbe de croissance était une photo ce serait ce que je suis en train de regarder. Il enfourne son hamburger, le pain dégoulinant de graisse, comme ses doigts potelés quand il les porte à sa bouche. Le steak sanguinolent ruisselle de jus sur sa chemise Hawaïenne sous la pression de sa mâchoire. Grossis, oui... Vas y, continue... Empiffre-toi mon gros. Prends un peu de frites, et une petite gorgée de soda pour faire passer tout ça puis entame le second sandwich. Vite! Ça va refroidir. Plus tu seras gros et grand, plus tu auras de sang à m'offrir. Eh! mais il te reste des frites, trempe-les dans la sauce ketchup. Tu verras, c'est meilleur. Il fourre ses gros doigts dans la barquette de frites et avale gloutonnement sa poignée sans même avoir pris le temps de mastiquer ce qu'il avait déjà dans la bouche. Un mélange de salive et de graisse goutte de la commissure de ses lèvres.
Moi aussi j'aime manger avec les mains si je puis dire, quoique j'aime varié les plaisirs pas comme certains snobs qui n'utilisent que des ustensiles. Je suis sûr que s'ils le pouvaient, ils ne suceraient le sang qu'à la paille. Ma proie sirote encore son soda avant de s'attaquer à sa glace. Après quelques cuillerées rapides, il s’arrête et se tient le bas du front. Il a pris un coup de froid au cerveau. Ça me fait le même effet quand j’égorge trop violemment mes victimes. Plus elles sont nerveuses et plus le sang est chaud, parfois il peut même devenir brûlant. Alors, une effusion trop vigoureuse à ce moment là peut être fort désagréable quand elle vient taper contre le palais.
Soudain, je sens quelque chose tirer sur mon pantalon. A côté de moi gît un clochard à moitié camé, il me demande à travers sa dentition pourrie – sans doute causé par la drogue – si je n'ai pas de la monnaie pour qu'il puisse manger. Je lui réponds que «les pièces ne se mangent pas» et détourne mon regard de lui. Un souvenir me revient, celui d'un cocaïnomane que j'avais saigné et qui en retour m'avait demandé quel effet ça faisait de drainer quelqu'un. Je lui avais répondu que : « c'était comme aspirer avec deux pailles ». A présent, ma future victime boit une énième gorgée de soda. Je peux entendre d'ici le bruit sec que fait la paille en frottant sur le fond du gobelet en carton. Les glaçons tintant les uns contre les autres indiquant l'absence de liquide. Il laisse son plateau sur la table et quitte le restaurant passant devant moi sans même me remarquer son gobelet toujours à la main.

La paille transparente passe du blanc au rouge. Je sirote son sang dans le gobelet qui contenait son soda il y a encore quelques minutes en regardant son cadavre emporté par le courant de la Seine. J'ai quand même voulu garder sa chemise à fleurs et ses lunettes de soleil. C'est marrant ainsi habillé je ressemblerais presque à un touriste qui va prendre un bain de soleil à la plage.
Sur le chemin de la Scala, la fameuse boîte de nuit parisienne, les affiches sur la façade d'un cinéma captivent mon attention, celles de films d'horreur plus particulièrement. L'avant-première française du dernier épisode de Twilight est pour ce soir, si j'en crois la foule d'adolescentes toutes de noir vêtues qui attendent devant la salle. Il fait froid et la femme au guichet annonce dans un haut-parleur qu'il n'y a plus de place pour la dite séance. La seule vue de l'affiche m’insupporte et me rappelle à quel point cette saga est grotesque. Va te faire foutre Stéphanie Meyer! MERDE c'est quoi ces paillettes! Un putain de vampire boule à facette disco ?! Si vous tenez tant à voir des vampires pd, regardez Entretien avec un vampire. Brad Pitt et Tom Cruise c'est autre chose que Robert Pattinson! Oh merde! Je déglutis qu'une telle pensée ait traversé mon esprit, je commence à en être un moi aussi. Et puis c'est quoi aussi cette mode de films de zombies? Quelle blague ! Qui a peur des vieux ? L'ignorance des humains m'amusera toujours. Pourquoi n'ont-ils pas encore fait le lien ? C'est pourtant évident, il n'y a pas de différence, nous sommes congénères, leurs dits «Zombies» ne sont que nos ancêtres, des personnes âgées. Des vampires trop vieux qui se nécrosent, perdent leur crocs, qui ont tellement besoin de sang frais qu'ils ne parviennent pas à garder consistance face au désir. Les humains et leur besoin de classifier. Cela dit nous aussi partageons cette tendance mais pour d'autres raisons qui sont elles, strictement culinaires. La viande est plus tendre selon les types d'individus, leurs races ou leur alimentation. Prenez les noirs par exemple, leur chair est plus ferme plus musclée, quant aux asiatiques et bien... je dois avouer que je ne suis pas très sucré salé.

Aux abords du club je fais la queue pour rentrer. Une jeune hispanique devant moi ne cesse de se retourner en balançant ses cheveux par dessus son épaule occasionnant un petit regard charmeur. Ce soir, je vais manger épicé. La seule vue de ces deux beaux melons étriqués dans ces bas-résilles me tire les crocs. On avance, je décoche un petit sourire au videur qui me reconnaît immédiatement. Il ferme la chaîne après mon passage, ce qui enrage le groupe de mecs derrière moi. A l'intérieur, toutes les lumières sont noires. J'aime cette ambiance, cela me permet de passer inaperçu dans la foule, de manœuvrer facilement. Je vous observe à l'ombre de vos fêtes, à l’affût du mouton qui s’écartera du troupeau. Le manque se fait déjà sentir dans mon organisme et les infra-basses qui résonnent contre les murs m'empêchent de contrôler mon rythme cardiaque. Il m'en faut... quelques milligrammes... maintenant. Je sens ma mâchoire se crisper, à en faire grincer mes dents. Je traverse la foule en transe, une fille ivre me touche le torse et se penche vers moi pour m'embrasser mais je continue de me faufiler dans cette mer de bras, la laissant derrière moi. Je perçois la lumière qui s’échappe de la porte à battant des toilettes et illumine le couloir à chaque fois qu'elle se rabat avant de se ré-ouvrir. A l'angle se tient appuyé contre le mur un vigile avec une longue queue de cheval. C'est le monsieur pipi. Celui qui fournit préservatifs, parfums, chewing-gum, cigarettes et toutes les drogues de votre choix. Dans mon approche, je simule des petits spasmes réguliers et laisse apparaître sur mon corps toute ma pâleur. Toute graisse présente dans mon organisme est absorbée, si bien que mes muscles recouvrent à peine mes os. La métamorphose n'est pas un mécanisme très élaboré. Il suffit que je pense à ma faim pour que mon corps l'exprime. C'est ainsi que sont les zombies. En bon prédateur j'utilise le mimétisme pour camouflage. Les humains sont faibles et prévisibles. Leur espèce se serait éteinte si la mienne ne dépendait pas de la leur pour se nourrir. Leur existence perdure uniquement de par notre simple volonté. Pour mieux les apprivoiser, il faut parfois se rendre vulnérable. Jouer les camés, c'est bien là une des seules situations où ma lividité peut m'aider à dissimuler mes intentions et simuler une toute autre nature.

En arrivant à hauteur du vigile je lui chuchote à l'oreille. Il me répond qu'il a une nouvelle came, super bonne, directement venue d’Espagne. Je lui glisse discrètement des billets dans la main en échange d'un petit sachet en plastique contenant de petits cristaux bleus. Ce soir, je n'ai pas le choix des armes. Une seule stratégie s'offre à moi. Je ne peux accoster ma proie à cause de la foule, ni l’hypnotiser à cause de la musique et des jeux de lumières qui perturbent ma concentration, il ne me reste que la méthode des prédateurs humains, droguer les verres. Si je pouvais l'emmener à l'écart, j'utiliserais mes crocs. L’enzyme qu'ils secrètent provoque un état de choc immédiat rendant ainsi toute fuite ou résistance impossible pour mes victimes. Cependant dans de telles circonstances, l'usage de la drogue me semble être un recours plus discret. Accoudé au bar, je parcoure la foule du regard à la recherche d'une proie de choix. De nos jours il est difficile de tuer à l'aveugle, avant de passer à l'acte il faut s'assurer que la victime ne soit pas issue d'une minorité quelconque. Vous n'imaginez pas les conséquences si je tuais un musulman, un juif ou pire... un homosexuel. Cela ferait la Une des journaux, la Police serait à mes trousses, des manifestations encombreraient les rues allant peut-être même jusqu'aux émeutes. Alors que s'il s'agit d'un noir, un étudiant ou même un asiatique, il y aura dans le pire des cas un petit encart dans les rubriques de faits divers. Pour cela, j’éprouve une certaine nostalgie du temps passé en Asie le siècle dernier. En chine je pouvais tuer impunément des petites filles. Les parents ne m'en voulaient pas, j'aurais presque cru que ça les arrangeait pour envisager d'avoir à nouveau un enfant, nourrir l'espoir d'un garçon.

Je sens derrière moi quelqu'un se faufiler pour atteindre le comptoir, à sa corpulence je devine que c'est une fille. Je ne me suis pas retourné pour voir qui c'était avant d'entendre son accent étranger. L'appel de l'exotisme ou de la facilité? Un peu des deux sûrement. Plus ils sont loin de chez eux moins j'ai de souci à me faire quant à d’éventuelles recherches. En la regardant, je reconnais la fille hispanique que j'ai croisé dans la file d'attente en rentrant dans la boîte de nuit. Elle me sourit à nouveau, et je fais de même en retour. Elle tend le bras pour attirer le regard du serveur et c'est à ce moment là que je propose de lui payer un verre. Sans hésiter une seconde, elle accepte. Je fais signe au barman de nous préparer deux shooters. La conversation se lance avec son lot de banalités d'usage entre deux étrangers arrivant tout juste à se comprendre. Le serveur nous amène les consommations. Nous buvons « aux belles rencontres qu'offre la vie ». Elle s'en va avaler son verre d'un trait, quand je l’arrête, posant ma main sur la sienne, recouvrant son verre, glissant ainsi la drogue en prétextant qu'il faut toujours trinquer en se regardant dans les yeux. A ce moment précis, je ne savais pas ce que j'avais déclenché. « J'adore tes yeux » me fait-elle toute ébahie. Remarque qu'elle n'a jamais cessé de répéter au cours de ce bref échange insipide. Face à tant d'insistance, je me suis demandé s'il était possible que ce soit la drogue qui lui fasse dire ça ?! Si oui elle aurait agit plus vite que je ne l'aurais pensé. Quand elle se colla à moi et commença à essayer de m'embrasser, j'avais la réponse à ma question.

    Nous sortons de la boîte de nuit ensemble. Grelottante, elle est tellement défoncée que je l'aide à marcher jusqu’à un banc public. Je l'assois, le temps d'appeler un taxi. Je lui dis de ne pas bouger, de rester là. Je ne sais pas pourquoi je précise ça, dans un état proche du coma éthylique comme le sien je ne vois pas bien où elle pourrait aller. Un monospace blanc s’arrête devant moi, le chauffeur baisse la vitre côté passager. Il me propose de me déposer. Sans aucun doute c'est un taxi clandestin. L'absence de globe lumineux sur le toit de la voiture m'a mis la puce à l'oreille bien qu'à l’intérieur un compteur horokilométrique est branché à l'allume cigare. Je n'aurais pas pu mieux tomber. Quelqu'un qui mène une activité illégale se garderait bien de témoigner pour une disparition, surtout si cette même personne se serait rendue complice malencontreusement. Le chauffeur insiste pour négocier le prix à l'avance, je lui réponds que son prix sera le mien. Au son de cette phrase, je peux voir des dollars dans ses yeux. Je lui dis de m'attendre un instant pour que je ramène ma fiancée et lui donne même une avance pour être sûr qu'il soit toujours là à mon retour. Le temps que je m'occupe du taxi, elle avait disparu. Elle ne pouvait pas aller bien loin vu l’état dans lequel je l'avais laissé. A l'odeur, je peux pister sa trace mais le vacarme qu'elle fait dans la ruelle d’à côté m'indique facilement sa position. On peut entendre comme le bruit métallique des poubelles s'entrechoquer, le froissement des sacs plastique. Je suis pratiquement certain que je vais la trouver évanouie dans l'une d'elle. En arrivant au coin de la ruelle, je suis surpris de ne pas la trouver à l’intérieur d'un conteneur mais sur l'un d'eux en train de se faire baiser par un mec bourré. J’attends la fin du coït dans l'ombre. Quand le mec finit enfin dans un râlement roque, elle le pousse et s’assoupit la tête tournée sur le côté. Il se retire puis se redresse, va pour ôter son préservatif quand je surgis de l'obscurité derrière lui et lui disloque la nuque. En réceptionnant son corps lourd, le sang qui gorge son sexe ne s'est pas encore résorbé. J’enlève le préservatif de sa verge tumescente, le noue et le met dans ma poche. Je récupère l'étudiante, la laisse par terre contre un mur la tête vers le sol. Je soulève le corps de son amant, l'enfouis dans le conteneur. Je donne quelques coups de griffes et vide quelques uns des sacs sur son cadavre pour en dissimuler l'odeur de décomposition à venir. Nous rejoignons le taxi doucement, moi la maintenant en équilibre, la soutenant avec mon bras dans son dos.

A mon approche le faux chauffeur de taxi me dit : « Ça va vous coûter plus cher pour l'attente ». Je lui réponds que je comprends et que ça ne pose pas de problème sur quoi il ajoute :« Installez la derrière et montez devant s'il vous plaît ». « C'est pour ne pas se faire repérer par la Police » se justifie-t-il. Je dépose le corps de la fille au milieu de la banquette arrière, la tête renversée, subtilise son téléphone portable dans son sac à main et m'installe à la place du passager avant. Les sièges sont revêtus d’une protection en tissu élimé, le cendrier est plein et je suis sûr que si j'ouvre la boîte à gants j'y trouverais des revues porno. Le chauffeur regarde avec insistance la fille dans son rétroviseur en faisant frisotter sa moustache. Il le réajuste même pour voir sous sa minijupe. C'est alors qu'il me demande qu'est ce qui l'a mise dans cet état là. Je lui réponds qu'elle n'a simplement pas l'habitude de boire. Quelques minutes plus tard, nous arrivons devant mon pavillon. Je paye la commission, le chauffeur accepte l'argent mais je sens en lui comme un regret, celui de ne pas avoir capturé la fille. Entre prédateurs on se reconnaît. Je réveille la fille en chuchotant et glisse dans le siège en direction du coffre son téléphone portable que j'avais préalablement mis en mode silencieux. Je pose son sac à main sur ses genoux que j'attire à moi pour la sortir de la voiture. Le chauffeur nous regarde nous éloigner dans la ruelle. Ce genre de mecs, chauffeurs de taxi ou de bus, n'a de couilles que pour kidnapper des trisomiques.

    Chez moi, je l'allonge sur le canapé. En fouillant son sac à main, je remarque en regardant son portefeuille que je ne connaissais même pas son prénom. Elle s'appelle Maria Lopez Bautista. Je jette dans l'incinérateur ses papiers d'identité avec son trousseau de clefs et sa plaquette de pilules contraceptives. Elle n'aura plus besoin de tout ça à présent. L'effet de la drogue que je lui ai donné plus tôt dans la boîte de nuit fera office d’anesthésiant. Je n'ai que quelques heures avant que les spermatozoïdes contenus dans le préservatif ne soient tous morts et que l’insémination devienne impraticable. Habituellement, quand j'utilise la drogue pour ramener mes victimes je dois les purger pendant quelques jours, pour que la drogue disparaisse de leur organisme avant de les consommer. Boire un sang propre. Allongée sur le dos, jambes écartés, je lui injecte en intramusculaire du HCG150, l'hormone gonadotrophine chorionique humaine qui permet le déclenchement de l'ovulation dans les prochaines 40 heures. J’introduis non sans mal un cathéter très souple et très fin rempli du sperme recueilli dans le préservatif dans le fond de son utérus par le col. Pour cela, j'ai du écarter son orifice en utilisant un spéculum métallique. Les conditions requises pour la fécondation, concernant les mâles, reposent sur des sujets non-stériles bien entendu, et s'ils pouvaient avoir observés une courte abstinence de 2 à 3 jours, ce qui a mon avis vu le profil choisi est plus qu'incertain, ça serait un plus non négligeable. Un mec qui baise des filles bourrées à la sortie des boîtes de nuit n'est pas un modèle de vertu. Mes gants de latex sont maculés de sang, elle était étroite et sèche. J'ai du forcer un peu, la vision du sang décuplait mon appétit et le rendait difficile à canaliser. Mes crocs sortaient pratiquement de mon masque que je baisse à présent sereinement pour lécher mes doigts plein de sang. L'intervention s'est bien passée. Je la laisse allongée attendant qu'elle se remette de l'anesthésie.
Le bruit métallique des coups qu'elle donne sur la porte m'indique qu'elle s'est reveillée. J'entre dans la chambre avec un plateau repas dans les mains.
En me voyant, je peux lire sur son visage l'expression terrifiée, elle se rapelle de moi.
Recroquevillée sur son lit elle finit par prononcer quelques mots à mon égard :
"¿Dónde estoy? ¿Quién eres tú? Que me quieres?"
Amusé, je lui réponds "No habló español señorita" avec un accent parfait ce qui j'imagine doit sonner à ses oreilles comme une provocation.

Après quelques jours, enfermée dans une chambre capitonnée au sous-sol de ma maison avec un lit et deux seaux en guise de sanitaires, je me décide à lui faire passer un test de grossesse. Pour ne pas éveiller ses soupçons quant à mes intentions, je récupère les deux seaux d’excréments. Elle me regarde avec moins de terreur que j'en ai l'habitude dans de pareilles situations. A croire qu'elle s'y attendait un jour, où qu'elle avait déjà vécu ce genre de choses. En vidant le premier seau, l'odeur pestilentielle qui s'en dégage me rappelle que les humains sentent bon à l’extérieur mais sont tous pourris à l'intérieur. A l’écart, je plonge discrètement dans le seau d'urine un bâtonnet en plastique. La bande blanche vire au bleu en quelques secondes, l’insémination a prise, elle est enceinte. Un humain a en moyenne 5 litres de sang dans le corps, la quantité varie selon la corpulence. Le corps d'un homme contient 5 à 6 litres alors que celui d'une femme est dans les 4 à 5 litres. Cependant, cela peut pratiquement doubler pendant la grossesse, augmentant alors le volume jusqu’à 6 voire 8 litres. Pour cela, il faut procéder à un gavage en règle des mois durant jusqu'à ce que la grossesse arrive à terme et enfin effectuer le drainage du sang.  A la télévision, une émission diffuse un reportage sur la femme qui a eu des octuplés la semaine dernière par insémination artificielle. Sa valeur est inestimable. La science est l'avenir pour tout à chacun. Je sors de mes rêveries et descend au sous-sol jusqu’à sa chambre, les seaux vides à la main, souriant à pleine dents, ce qui n'a rien pour la rassurer. Quand je reviens dans le salon, l'émission a laissé place au journal télévisé. Le présentateur à l’élocution impeccable fait état de l’inquiétante disparition d'une étudiante étrangère qui aurait été vue pour la dernière fois dans un monospace blanc aux abords d'une boîte de nuit parisienne. Le portrait du faux conducteur de taxi s'affiche à l’écran et je dois avouer qu'il n'est pas des plus flatteurs. Une banderole défile en bas de l’écran avec un numéro d'urgence à contacter pour d'éventuels témoignages. Avec un peu de chance la Police suivra la piste du coupable tout indiqué.

Les premiers temps, Maria s'était montrée docile, la peur de ce qui allait lui arriver suffisait à la garder tranquille. Depuis peu, elle se laissait mourir, non pas qu'elle refusait de se nourrir mais plutôt qu'elle avait perdu goût à la vie. J’étais contraint d'utiliser la nutrition parentérale, consistant à administrer les nutriments par voie intraveineuse. Elle ne réagissait même plus quand j'essayais de la terroriser avec mes crocs comme si elle avait dépassé le désespoir à tel point que la peur n'avait plus de sens en soi.
Au bout de quelques semaines, les premiers signes apparaissent. Ses seins ont grossi considérablement. Je peux remarquer l'absence de menstruations et l'apparition des nausées dans le contenu des seaux.
Les deux premiers mois de grossesse passés, ma curiosité est à son paroxysme. Je veux savoir ce que contient mon œuf géant, mon Kinder Surprise. J’attends qu'elle s'endorme pour poser discrètement mon oreille contre son ventre pas encore formé. Je suis au comble de l’excitation et manque de la dévorer sur l'instant à l'écoute des deux petits cœurs battant dans sa panse.  Subitement, elle est réveillée par son instinct maternel, les yeux écarquillés de terreur. A ce moment là, je sens qu'elle réalise pour la première fois ce qui l'attend... en elle. Ma poule aux œufs d'or, un or rouge sang.

Le lendemain, je découvre qu'elle a arraché son cathéter dans la journée, alors que j'avais pris toutes mes précautions en lui sanglant pieds et poignets au lit. Furieux de cette découverte, je saisis sa tête entre mes mains et lui brise les os de la mâchoire. Pendant qu'elle gesticule, je fabrique un gorgeoir en combinant un tuyau, un bâton et un entonnoir que je lui enfonce dans l’œsophage. D'abord, elle essaye de crier ce qui donne lieu à un glapissement aux sonorités des plus grotesques. Puis, en voulant expulser l'objet de sa gorge dans un mouvement répété du diaphragme, elle meurt presque étouffée et comprend que sa survie ne dépend que de sa soumission. Le gorgeoir, une fois installé, la maintient à l'horizontale, l’empêchant de se redresser sur le lit. J'en profite pour élaborer une recette de ma composition à base de lait concentré, d'eau, de fruits et légumes mixés, de céréales, de flocons d'avoine, de sucre en poudre et de cortisone. J'y ajoute mon ingrédient secret : un puissant antivomitif. Le cocktail vitaminé pour le bon déroulement d'une grossesse gémellaire. Enfin, mélangez le tout dans une bouteille et n'oubliez pas de bien secouer avant de servir. Je me penche sur elle et lui demande de faire : «aaaah». Le liquide blanchâtre se déverse dans un tourbillon passant à travers le tuyau transparent. Ses meuglements descendaient progressivement dans les graves à mesure que sa gorge se remplissait. Quand je finis de vider le contenu de la bouteille dans l'entonnoir, je vois ses mugissement se transformer en gémissements. Bien sûr, je pourrais l'hypnotiser pour faciliter la manœuvre mais je suis dans un tel état qu'il vaut mieux pour elle que je me défoule ainsi.

Les médias n'avaient plus parlé de notre affaire depuis plus d'un mois maintenant. Chaque jour, je faisais ma tournée. Le gavage commençait à porter ses fruits. Je pensais que l’enquête avait été classée sans suite, quand arriva ce qui devait se dérouler selon mon plan. Le faux chauffeur de taxi avait été retrouvé mais pas dans les circonstances que j'avais envisagé. Les services de Police avaient suivi le signal GPS qu'émettait son téléphone portable menant au coffre du monospace blanc du pervers. Son véhicule était garé devant son lieu de résidence. Là où ils pensaient trouver un assassin ils trouvèrent encore une victime. Son cadavre avait les pieds sectionnés dans un appartement sans dessus dessous. L’hypothèse avancée par les autorités voulait que le faux chauffeur ait enlevé la fille d'un parrain du cartel sans le savoir et en aurait payé le prix fort. Quant à l'étudiante, aucune nouvelle piste, les traces s’arrêtaient là... pour la Police du moins. J’étais circonspect, à la fois rassuré que la Police soit dans une impasse mais inquiet que la mafia soit à mes trousses.

Mon erreur m’obsédait, comment avais-je fait pour passer à côté de ça! J'avais pourtant vérifié qu'elle était seule et qu'aucune alliance n'ornait ses doigts. En même temps, comment aurais-je pu deviner?! Sur ses papiers ne figurait pas la mention « fille de parrain de la mafia espagnole ». Ma dernière erreur en date m'avait contraint à maquiller mon plan en drame familial. J'avais hypnotisé une femme enceinte et mariée de surcroît. J'avais imprégné mon esprit dans le sien. Je contrôlais chacun des sons qui sortaient de sa bouche. Sous mon emprise, ses mots et ses actes ne lui appartenaient plus. Un soir sans prévenir, elle allait enfin quitter son mari, tout sourire. Sur le moment je pensais que le choc suffirait à un départ rapide, que son détachement  apparent anéantirait tout doute quant à ses intentions. Contre toute attente, quand elle lui annonça la décision que j'avais prise pour elle, son mari ne la crut pas. En dépit de la rudesse de ses propos et du sourire que j'avais pris soin d'afficher sur ses lèvres, ses yeux exprimaient une toute autre émotion. Et pour cause une larme coulait lentement le long de sa joue. Le mari compris que quelque chose clochait et se refusa d'admettre comme vérité le mensonge que je fabriquais. Alors je me résolus à le tuer et ainsi faire croire à un suicide avec à l'appui une lettre de séparation rédigé de la main de sa femme.

    Hier, la jeune fille, que dis-je, la femme répondant au doux nom de Maria a fêté son 8ème de grossesse. Pendant une de nos balades nocturnes quotidiennes, – c'est bon pour la circulation du sang –  dans le jardin couvert de ma propriété, elle a essayé de s’évader... en vain. A ce moment-là, j'aurais pu la rattraper dans le dixième de seconde qui suivait mais j'avais préféré la laisser découvrir par elle même qu'il n'y avait pas d'échappatoire. Calmement, j’avais avancé derrière elle à la lueur de l’éclairage artificiel. Elle avait tapé de toute ses forces contre la porte blindée. Avant qu'elle ne s'épuise, j’avais ouvert la porte avec une télécommande. Elle s'était précipitée sans réfléchir, accueillant ceci les bras levés vers le ciel comme un signe de la miséricorde de Dieu. Un Dieu sadique qui se nourrit de sacrifices et de rituels sanglants. Si dans sa fuite, elle avait pris une seconde pour se retourner, elle aurait vu le sourire qui avait illuminé mon visage et aurait sûrement vite compris. L'obscurité qui régnait dans l'immense pièce où elle avait pénétré l'aveugla quelques instants. La reconnaissance du lieu a été d'autant plus difficile qu'elle ne l'avait jamais vu car je prenais toujours soin de lui recouvrir la tête d'un sac en tissu à chaque sortie. Quand ses yeux s’étaient enfin habitués, elle avait vu du haut de l'escalier que sa chambre n' en était qu'une parmi tant d'autres. Toutes dans la même configuration, murs capitonnés, insonorisés, plafond à la surface vitrée sans tain avec une occupante enceinte. Elle s'était retournée vers moi et  avait crié quelque chose de pitoyable comme « Dios mio, Oh Jésus... Jésus... » Du moins, c'est ce que j'avais cru comprendre par cet enchaînement d’onomatopées. Pas facile d'articuler quand on a la mâchoire cassée. A qui croyais-tu que Jésus s’adressait quand il avait pris le Graal et avait dit : « Buvez-en tous car ceci est mon sang. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ? » Elle avait songé à faire demi-tour mais j'avais entravé le chemin. Alors elle avait dévalé les escaliers comme l'aurait fait une femme enceinte, en se tenant à la barre et en marchant de coté. Moi, j’avais avancé tranquillement derrière elle dans le vacarme que faisaient les portes des cellules qu'elle avait essayé d'ouvrir. Pour se sauver elle ou les autres? Peut être pensait-elle que le nombre faisait la force. Elle avait titubé de porte en porte, le ventre à ras de terre puis était arrivée à la dernière porte au centre du couloir. La seule porte qu'elle avait réussi à ouvrir a été celle de la chambre froide qui servait aussi d'échaudoir. Quand elle avait réalisé cela, sa frayeur lui avait fait perdre les eaux, ma stupeur, elle, lui a fait perdre la vie.

    Je pensais pouvoir dormir tranquillement mais depuis quelques minutes, je perçois les moteurs de  plusieurs véhicules stationnés près de la maison. Les vibrations des pots d'échappement m'ont sorti de mon sommeil. Je m'approche de la fenêtre et vois un homme en uniforme de la société Fed-Ex pénétrer dans ma cour. Je ne me rappelle pas avoir commandé quelque chose. Généralement pour manger, je me fais livrer à domicile par un hypermarché, j'ai un arrangement avec un coursier, je lui paie ses courses contre son sang. En Amérique, les magasins sont ouverts 24/24h, pour ce genre de service je dois avouer que c'est bien pratique. J'observe le soit-disant livreur par la caméra de surveillance du porche. Il tient un paquet dans la main qui semble vraiment léger, trop selon moi pour contenir quoi que ce soit. Étrangement, il ne sonne pas à la porte. Il fait mine de noter un avis de passage mais je vois bien qu'il observe attentivement la serrure de la porte.

A la nuit tombée alors que je suis en plein équarrissage dans la chambre froide, j’entends une douzaine d'hommes s'introduire à l’étage par la porte d'entrée et seule issue possible. Malgré leurs efforts pour rester discrets, le mécanisme de la serrure n'a pas fait de bruit en cédant mais leur nombre a suffit pour m'alerter. Ça me laisse tout juste le temps de jeter dans l'incinérateur les effets personnels – y compris la peau que je venais de lui écorcher – de la fille du chef du cartel espagnol. Je ne résiste pas à leur assaut, je ne tiens pas à ce qu'ils devinent trop facilement ma vraie nature. Enchaîné à une chaise au milieu du grand couloir donnant sur les cellules, je les entends continuer la fouille de fond en comble de la maison. L'absence de traces de la fille joue en ma faveur. Ignorant où elle se trouve, ils comptent sur moi pour leur révéler. Au bout d'un certain temps, les hommes de mains se chauffent les muscles sur mes joues avec leurs poings sans jamais m’adresser la parole. La barrière de la langue certainement. Ils rigolent copieusement jusqu’à ce que le patron arrive. Là, ils changent radicalement d'expression. Le chef, c'est le plus vieux et le seul bedonnant, s’avance près de moi, encerclé par ses hommes. L'un d'eux chuchote à son oreille pour ce que je devine être un rapide briefing. L'interrogatoire va commencer.

Dans un français très clair, il me dit : « Tu vas me dire où est ma fille ? » Sans attendre, je lui réponds : « Laquelle ? » en désignant une cellule d'un mouvement de la tête. Un instant passe où il se recoiffe la barbe en se mordant la lèvre.
En désignant la pièce avec ses deux bras il m'interroge : « C'est quoi tout ça ? ». « Un abattoir » je lui réponds en souriant. Il traduit pour ses hommes, qui se mettent à rire. « Tu fabriques quoi ici ? Trafic d'organes ? » Il enchaîne : « Tu travailles pour les russes ? ». Ma réponse va l'étonner mais je préfère laisser traîner le suspense. Face à mon mutisme, il me somme de lui répondre, puis il perd son sang-froid et commence à me frapper de toutes ses forces. Ses employés se joignent à lui. Les coups pleuvent sur mon visage et bientôt mon propre sang le recouvre. Ma nuque cède sous la force du dernier coup que j'encaisse. Au bout d'un long silence, je suis pris d'un fou rire incontrôlé. Tous se regardent les uns les autres sans comprendre ce qui me fait rire ainsi. Je relève la tête, le regarde droit dans les yeux et lui dit : « Vous savez le plus drôle dans tout ça, c'est que la drogue qui m'a permis d'enlever ta fille est sûrement celle que vous fabriquez.»
Il arrache alors un revolver des mains d'un de ses gardes, le pointe sur mon front et me crache à la figure en hurlant : « Crève connard ! » Le coup de feu résonne dans ma tête. Je connais trop bien cette sensation, cette fichue migraine qui vous vrille le cerveau. Je fais le mort, quand on l'est déjà depuis longtemps ce n'est pas bien difficile à simuler. Le mafieux fait signe de la tête à un de ses hommes. Celui-ci se penche sur moi, prend mon pou avec ses doigts. D'un air surpris, il se retourne vers son patron qui lui demande ce qu'il se passe. Il lui répond que je suis déjà froid. Tous laissent éclater un rire moqueur. C'est à ce moment que je me redresse, les contusions sur mon visage se referment, l'impact laissé par la balle sur mon front disparaît, mes yeux changent d'expression et je plante mes crocs dans son cou sous les yeux de ses compères sidérés. Ils n'osent bouger comme pétrifié.
Pendant que je ramasse son revolver et que je me débarrasse de mes chaînes d'un coup de feu, j’entends l'un d'eux dire « Mais c'est QUI ce type ?! » Je rétorque : « La question c'est plutôt... QUOI ? » avant de leur donner ma propre définition du mot carnage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire